Le premier ministre Edouard Philippe

Le coronavirus continue d’exercer sa pression sur le secteur aérien. Actuellement, l’activité des compagnies aériennes semble avoir trouvé un point d’équilibre autour des 90% de baisse.

Les mesures prises pour garantir la sécurité des passagers

Et la reprise à un niveau d’activité d’avant crise n’est pas prévue avant des années encore. Pour garantir la sécurité des passagers contraints de prendre l’avion, des mesures de prévention ont été prises par la plupart des compagnies aériennes dès le début de la crise. La compagnie aérienne Lufthansa, par exemple, avait changé sa procédure d’embarquement et la disposition des passagers dans l’appareil dès le début du mois de mars.

Ainsi, dans le but de respecter les mesures de distanciation sociale, les passagers installés à l’arrière des appareils Lufthansa sont les premiers à monter à bord. En classe économique, où la densité de passagers est la plus élevée, les sièges du milieu restent vacants, dans le même but.

Ces mesures ont également été suivies par Delta Air Lines début avril, et easyJet a annoncé son intention de faire de même dès la reprise de son activité.

Il ne s’agit pour l’instant que de mesures temporaires. Mais quand l’activité aérienne reprendra, il est hautement probable que le coronavirus présente toujours un risque pour les passagers. La réponse apportée à cette problématique par les compagnies aériennes devra donc être, si ce n’est permanente, au moins applicable à moyen terme.

Les solutions proposées par Aviointeriors

L’épidémie de Covid-19 pourrait bien changer notre façon de nous installer à bord des appareils de vols.

En effet, pour permettre aux compagnies aériennes de se préparer à l’omniprésence du virus en garantissant la sécurité des passagers, l’entreprise Aviointeriors propose deux solutions.

L’une d’elles est appelée Janus, et réaménage l’intégralité de la cabine. Le passager du siège du milieu se retrouve en sens inverse, et les passagers sont protégés des projections d’autrui par des parois transparentes, facilement désinfectables.

L’autre solution, appelée Glassafe, répond davantage à la contrainte des compagnies aériennes vis-à-vis de leur trésorerie. Contrairement à Janus, Glassafe ne nécessite pas un réaménagement intégral de la cabine passagers. Il s’agit simplement d’une coque transparente à fixer sur la partie haute du siège, protégeant ainsi le passager des projections.

Mais les solutions de Aviointerior ne font pas l’unanimité au sein du secteur. Du côté de Ryanair, notamment, l’idée n’a pas convaincu. Pour Michael O’Leary, CEO de la compagnie, l’idée est « folle » et peu utile. Car nécessitant un investissement trop important pour un dispositif qui ne permet pas le respect de la distanciation entre passagers. De plus, il ajoute que cette solution ne prend pas en compte les déplacements avant embarquement. Ce dernier estime que les protections individuelles restent pour le meilleur moyen de garantir la sécurité des passagers.