Nous vous en parlions il y a 2 semaines, quand le groupe Air France-KLM était en phase de négociations avec les gouvernements français et néerlandais concernant une potentielle aide financière de 6 milliards d’euros.

 

Entre 9 et 11 milliards euros d’aides publiques

Finalement, le gouvernement français accordera 7 milliards d’euros au groupe aérien, destinés à sa compagnie Air France. Le financement s’articulera autour de deux axes.

Le premier prendra la forme d’un Prêt Garanti par l’Etat, pour un montant de 4 milliards d’euros. Ce prêt de 12 mois bénéficiera d’une garantie de l’Etat français à hauteur de 90%, et comprend deux possibilités d’extension d’un an consécutives, selon la volonté de la direction du groupe Air France-KLM.

Pour le deuxième, il s’agit d’un prêt d’actionnaire, versé par l’Etat français en raison de ses 14,3% de participation dans le groupe. Ce prêt est également de 12 mois et possède les mêmes conditions d’extension que le premier.

Du côté néerlandais, « le gouvernement a l’intention de fournir une aide financière de 2 à 4 milliards d’euros à KLM », a indiqué Wopke Hoekstra, ministre des Finances néerlandaises.

Ainsi, les aides gouvernementales destinées au groupe Air France-KLM s’élèveront à un total compris entre 9 et 11 milliards d’euros.

 

Des aides sous conditions

Cependant, ces aides ne viennent pas sans conditions, prévient le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. D’une part, des conditions de rentabilité. D’autre part, l’obligation pour Air France de « devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l’environnement », indique le ministre. C’est même la condition à laquelle il est « le plus attaché », précise-t-il.

Par ailleurs, si ces aides permettront au groupe franco-néerlandais de combler son déficit journalier de 25 millions d’euros, leur portée ne se limitera pas à la survie et au maintien de l’activité du groupe.

En effet, l’aide financière permettra d’éviter un effet domino catastrophique, la compagnie Air France représentant près de 350 000 emplois directs, indirects et induits. Mais elle permettra également de régler les litiges de la compagnie aérienne avec ses passagers.

 

L’indemnisation et le remboursement rendus possibles, mais pas facilités

En raison d’un manque de liquidités, Air France, comme de nombreuses compagnies aériennes, déroge au devoir de remboursement imposé par la règlementation européenne. Depuis le début de la crise du Covid-19, la compagnie aérienne propose, avec le soutien de l’IATA, comme unique compensation à ses passagers lésés par une annulation de vol, des avoirs, à faire valoir lors de futurs voyages.

Avec une trésorerie gonflée de 7 milliards d’euros, il sera maintenant difficile pour la compagnie aérienne française d’esquiver les demandes de remboursement et d’indemnisation plus longtemps. Cependant, le directeur général du groupe Air France-KLM, Benjamin Smith, a prévenu qu’un retour à la normale n’est pas à prévoir avant deux ans. Dans ces conditions, l’indemnisation et le remboursement de passagers risquent fortement de ne pas faire partie des priorités du transporteur aérien.

Pour vous assurer de faire valoir efficacement vos droits en ces temps de crise, optez pour Sky Indemnity. Vous pouvez vous appuyer sur l’expertise juridique de notre équipe pour récupérer ce à quoi le règlement européen CE 261/2004 vous donne droit. Et ce sans avoir à effectuer de démarches fastidieuses, votre réclamation étant prise en charge de A à Z par notre service juridique.

Air France

 

Un vol Air France annulé et non remboursé ?

Une indemnisation en attente ?