Place déserte en Italie

 

Avec plus de 126 000 cas d’infection, dont plus de 12 000 rien qu’en Italie, la tension liée au Covid-19 continue de grimper. L’évolution des cas d’infection au coronavirus a atteint un tel point que le week-end dernier, le chef de gouvernement italien Giuseppe Conte a signé un décret hautement restrictif visant à endiguer la propagation du virus.

Le nord de l’Italie immobilisé

En conséquence, ce sont plus de 15 millions de personnes qui sont placées en quarantaine dans le nord de l’Italie. La zone de confinement s’étend de la région de Piémont à la région d’Émilie-Romagne, en incluant l’intégralité de la Lombardie et une partie de la Vénétie. Pour les habitants de Milan, Venise, Parme et des villes alentours, le maître mot de ces trois prochaines semaines est : isolement. Les mesures prises par le gouvernement italien resteront en vigueur au moins jusqu’au 3 avril, a annoncé M. Conte, qui espère contenir l’évolution de l’épidémie du coronavirus. D’ici là, écoles, centres culturels, restaurants et bars resteront fermés pour les 25% d’italiens habitant dans la zone de quarantaine.

Le bilan du côté français

Du côté français, la situation du voisin inquiète. Le bilan n’est pas aussi lourd, puisqu’il s’élève à l’heure actuelle à 2281 cas confirmés et 48 morts, mais les perspectives d’évolution de l’épidémie ne sont guères rassurantes. Selon la chercheuse italienne Silvia Merler, l’évolution du nombre de cas en France suit la même tendance qu’en Italie, avec un retard qu’elle estime de 9 à 10 jours. En partant du constat que les mesures prises par le gouvernement italiens ont été trop tardives, la chercheuse recommande à la France d’entreprendre des mesures plus radicales, et ce sans attendre.

Les recommandations gouvernementales

Pour rappel, voici les recommandations émises par le ministère des solidarités et de la santé pour limiter la propagation du virus :

 Éviter tout déplacement dans les zones où le virus circule activement (Chine, Singapour, Corée du Sud, Iran et Italie principalement)

• Éviter toute sortie non indispensable (restaurants, cinéma, …)

• Se laver régulièrement les mains

• Surveiller les symptômes liés à une infection au SARS-CoV-2 (toux sèche, difficultés à respirer, …)

• Éviter tout contact avec des personnes fragiles (malades chroniques, femmes enceintes, personnes âgées, …)

• Ne pas fréquenter de lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, maisons de retraite, …)

Le Covid-19 et son impact sur le secteur aérien

Par ailleurs, à mesure que l’épidémie progresse, les répercussions se font de plus en plus importantes sur le secteur du transport aérien. Dans le cas où votre voyage a été impacté par un évènement lié au coronavirus et que vous souhaitez vous faire rembourser, faites appel à nos experts du recouvrement aérien. Ils vous permettront de faire valoir vos droits efficacement et d’obtenir votre remboursement dans les meilleurs délais.

Si vous aviez réservé un vol uniquement :

  • Et que vous souhaitez l’annuler, vous avez droit à un remboursement dans la mesure où votre pays de destination présente un risque sanitaire
  • Et que votre compagnie aérienne a annulé le vol, vous avez droit à un remboursement dans la mesure où votre vol soit soumis à la réglementation européenne

Si vous aviez réservé un voyage à forfait  :

  • Et que vous souhaitez l’annuler, vous avez droit à un remboursement intégral sous 14 jours
  • Et que l’organisme de voyage annule votre voyage, vous avez également droit à un remboursement intégral sous 14 jours