Newsfeed Sky Indemnity
    Voyageur d’affaire, régulier ou occasionnel?
    Soyez au coeur de l’information grâce à Sky Indemnity.
    Rejoignez notre réseau!

    La semaine dernière, plusieurs milliers de passagers se sont retrouvés bloqués, pris en otage par la grève massive du personnel de Ryanair. 

    Depuis, nous lisons dans plusieurs journaux, français et européens, que Ryanair n’indemnisera pas les passagers dont les vols ont été annulés. 

    Sur quelle lecture de la loi, les spécialistes du secteur, interrogés par des journalistes, affirment-ils que les passagers ne toucheront rien? Nous avons imaginé manquer d’informations chez Sky Indemnity… 

    Puis, notre équipe légale s’est re-penché sur la question et nous avons compris:

     La loi n’a évidemment pas changée. Elle a juste bénéficié d’une interprétation favorable de la part du patron de Ryanair.

    « Quant aux 100.000 passagers touchés par les grèves de mercredi et jeudi, Ryanair assure les avoir placés sur d’autres vols, ou leur avoir remboursé leurs billets. Mais qu’ils ne s’attendent pas à recevoir la compensation de 250 à 600 euros prévue par la législation européenne.

    Dans un entretien à La Libre, Kenny Jacobs, directeur marketing de Ryanair, assure que cette grève est “un cas de ‘force majeure’ car nous avons fait le maximum pour l’éviter. On s’attend à ce que des passagers viennent nous réclamer ce montant et nous irons devant les tribunaux pour faire part de notre droit”  

    « https://www.courrierinternational.com

     Lors de grèves de tiers (ex: grève des contrôleurs aériens ) ou de cas de forces majeures (ex: attaques terroristes), les compagnies aériennes ne sont pas obligées d’indemniser les passagers .

    Ces dérogations sont cohérentes et légitimes. Le problème n’est pas de leur responsabilité, mais bien de la responsabilité d’un agent extérieur.

    Mais est-ce bien le cas de Ryanair? Peut-on considérer qu’un problème interne à l’entreprise n’est pas de leur responsabilité? Est-ce aux passagers, en pleine période de vacances, de payer les pots cassés d’une compagnie aérienne en plein dialogue social?

    Il est important de comprendre que les compensations ne sont pas des cadeaux d’excuses faits aux passagers, mais une manière de les dédommager – pour des vacances ruinées, des deals professionnels manqués, des fêtes de mariages ratées… Les lois protègent les consommateurs et ne les laissent pas à la merci d’une mauvaise gestion d’entreprise. 

    Chez Sky Indemnity, nous espérons que la justice européenne tranchera en faveur des passagers (comme cela a été le cas avec Air France deux mois auparavant). Si Ryanair avait gain de cause, ce serait un grand pas en arrière pour la protection des passagers en Europe. 

    Chez Sky Indemnity, nous sommes prêt à répondre au défi lancé par Kenny Jacobs. 

    Scroll Up